Vitis Vinifera, notre vigne cultivée est une liane. Elle n’a qu’un objectif : développer sa surface foliaire. Au détriment de la maturation des raisins…  Pour palier à ce phénomène, on a recourt au rognage.

De mi-juin à la fin du mois de juillet il faut limiter le développement de la vigne pour favoriser la bonne évolution des grappes. Le rognage, un travail tout en mesure pour le vigneron, qui requiert une grande expérience et une parfaite connaissance des parcelles.

Chaque année, la culture de la vigne obéit aux mêmes exigences rythmées par deux cycles : le cycle hivernal de novembre à mars pendant lequel la vigne est en dormance, et le cycle végétatif de mars à novembre, qui voit la vigne s’éveiller et croitre. Des périodes bien précises pendant lesquelles les vignerons doit passer et repasser dans ses parcelles pour tailler, labourer, palisser, désherber, traiter, accoler, rogner, épamprer, effeuiller, puis vendanger. Toutes ces actions sont liées et pour comprendre le rognage de juillet, il faut commencer par rappeler le travail des mois les plus froids…

L’hiver, les vignerons taillent la vigne pour laisser 4 à 6 bourgeons capables de se développer en sarments au printemps. Ces sarments vont porter des feuilles bien sûr mais aussi des fleurs qui seront fécondées et donneront des raisins.

Pour assurer sa pérennité, la plante a besoin de développer sa surface foliaire. Ce sont en effet les feuilles qui permettent à la plante de photosynthétiser.

Si chacun a un vague souvenir de ses cours de biologie, je me permets juste de rappeler ici le principe de la photosynthèse (que ceux qui en ont un souvenir net me pardonnent) : La vigne utilise le dioxyde de carbone de l’atmosphère, l’eau du sol et l’énergie lumineuse pour synthétiser des sucres. Sucres qui serviront à produire l’énergie nécessaire au développement du cep, à constituer une réserve d’amidon dans le bois et les racines, et à la maturation des baies de raisins. http://www.vin-vigne.com/lexique/definition-photosynthese.html

La vigne, en tant que liane, utilise en priorité ses sucres pour développer sa surface foliaire. Elle en oublierait presque ses fruits !

C’est entre la mi-juin et la fin juillet, selon les régions, que le vigneron doit passer trois ou quatre fois dans les vignes pour les rogner. Des passages nécessaires pour couper les extrémités des rameaux en croissance en hauteur et sur les côtés et trouver le juste équilibre entre feuilles et fruits. Mais aussi pour maintenir le port de la vigne et éviter que la végétation retombe.

Si le rognage favorise la fructification et l’alimentation en sucres des baies, il induit bien d’autres effets positifs : en éclaircissant on améliore l’ensoleillement et l’aération des grappes. On limite l’ombre et l’humidité, principaux responsables des maladies de la vigne.

Viendra ensuite dans les jours qui viennent, le moment du repos bien mérité pour les vignerons ! A Bordeaux, les châteaux restent ouverts, alors venez les visiter…https://racinesduvin.com/circuit-journee/

Après une année de labeur, ils peuvent partir en vacances en espérant une météo clémente en août et en septembre pour que les raisins arrivent à maturité dans les meilleures conditions. A savoir peu de précipitations et beaucoup de soleil ! Et surtout pas de grêle !!

 

 

Share This